Samantha Lafleur: les étés d’Apostrophe

Samantha Lafleur

Samantha Lafleur
Animatrice aux camps d’été

Chaque été, le MIFO emploie plus de 65 animateurs pour assurer la sécurité et l’animation des groupes d’enfants et d’adolescents qui participent aux camps durant la période estivale. Ces animateurs agissent en tant que mentors pour un peu plus de mille campeurs. Parmi ces employés, on retrouve en grande majorité des étudiants du collège ou de l’université, mais surtout, des jeunes passionnés et ambitieux qui incarnent une source d’inspiration pour la nouvelle mouture de campeurs qui formeront la relève.

Apostrophe était son nom de camp et Samantha Lafleur, son nom dans la vraie vie. Toujours au bon endroit, au bon moment et très forte en français, on la surnomme Apostrophe dès son arrivée en tant qu’animatrice aux camps d’été du MIFO en 2009. Mais l’histoire de Samantha et du MIFO ne commence pas là: le premier chapitre s’est plutôt écrit lorsqu’elle était enfant et qu’elle fréquentait les services à l’enfance du MIFO.

Lorsqu’on demande à Samantha quels ont été ses meilleurs souvenirs au MIFO, elle s’empresse de dire que les week-ends de formation d’animateurs ont été marquants pour elle. Chaque année, elle quittait la ville avec des dizaines de collègues pour un séjour de deux jours dans la nature où ceux-ci participent à une formation, apprennent à se connaître et surtout, se lient d’amitié.

Samantha est devenue chef d’équipe aux camps. Pour elle, le MIFO offre un environnement de travail et de divertissement qui permet non seulement à des dizaines de jeunes adultes de travailler en français, mais à des milliers d’enfants et d’adolescents de s’amuser et de s’épanouir en français dans leur région durant l’été. Le MIFO a occupé une grande place dans la vie de Samantha: « C’est plus qu’un emploi, c’est une famille », confie-t-elle les yeux brillants.

L’été 2015 aura été le dernier été d’Apostrophe au MIFO. Samantha a décroché deux prestigieuses bourses d’études pour compléter sa maîtrise et elle devait s’y consacrer à temps plein. Elle a quitté les rangs du MIFO le cœur gros, le bagage rempli d’expérience et la tête pleine de souvenirs.

Une chose est sûre, elle aura laissé sa marque au sein du MIFO et son avenir sera ponctué de bien grandes choses. Après l’obtention de sa maîtrise, Samantha envisage peut-être de faire un doctorat.  Toutefois, son but ultime est d’enseigner au secondaire. Un choix de carrière qui aura fort probablement été influencé par les liens qu’elle a tissés, été après été, avec des centaines de campeurs du MIFO.